Ardu, parfois, de comprendre votre que veulent dire au public les artistes contemporains Abonnes

Ardu, parfois, de comprendre votre que veulent dire au public les artistes contemporains Abonnes

L’art contemporain, univers par nature ouvert sur le present, doit-il se concevoir tel un facteur determinant des orientations de notre agence ?

Cathy Bouvard : J’ai toute premiere chose, c’est de ne pas affirmer l’art contemporain. C’est d’abord de prendre contact avec celui-ci. Mes artistes – du reste, bien ceux avec qui nous essayons de bosser collarspace inscription ici – tentent de nous readresser une propre complexite. Ils retraduisent des emotions, Plusieurs pensees, des ressentis, des interrogations, dans un langage legerement en avance par rapport au notre. Et c’est la seule chose que nous devons accepter : etre interroges dans tout votre qu’ils nous disent.

Notre fonction de l’artiste n’a-t-elle pas toujours ete un brin celle-la ?

online dating cambodia

– naturellement, la fonction de l’artiste ne change jamais. Ce paraissent des champs explores qui different. Par exemple, nos choregraphes travaillent bon nombre avec les arts visuels ; les gens de theatre travaillent, eux, souvent, avec la danse. A votre niveau, on assiste a un reel decloisonnement. A nous de l’accepter. Car nous sommes, nous aussi, dans une societe De surcroit qui plus est complexe, qui a besoin d’exprimer de diverses manieres ces complexites. Mes artistes se trouvent donc dans cette problematique-la, mais avec une acuite vraiment heureusement bien plus grande que la notre.

A quoi ia tient-il ?

– Un artiste, evidemment, reste doue de la sensibilite particuliere. Complique, pourtant, de definir exactement ce qu’est un artiste contemporain. Est-il celui qui utilise des techniques contemporaines ? Pas forcement. Entre autres, Christophe Huysman, avec lequel nous collaborons, travaille essentiellement dans la parole. Qu’y a-t-il de contemporain dans ce que celui-ci fait ? En general le fractionnement de une telle parole. Ce que celui-ci nous readresse, c’est le reflet de cette societe qui passe son temps a envoyer des messages au sein d’ l’integralite des sens et qui, au fond, fait peut-etre emerger du sens d’un tel comportement. Pendant quatre ans, Huysman a enregistre des repas qu’il prenait avec des amis, ainsi, il en a fera 1 post de theatre. Le resultat est formidable, car finalement, dans un tissu de banalites qu’on s’adresse ainsi, l’artiste fera aller l’acuite de les vies. De votre magma, survient le sens.

– N’est-ce nullement cette capacite de porter un autre regard dans l’ordinaire qu’on appelle poesie ?

– evidemment. J’imagine a votre autre artiste comme Alain Buffard, un choregraphe qui possi?de ecrit sa propre derniere piece, Mes Inconsoles, ici aux Subsistances . Il a voulu travailler sur la sexualite des adolescents et des adultes : une interrogation qui habite de nos jours la societe. Buffard a choisi de s’interroger sur la relation incestueuse. Cela claque avec ses techniques a lui : en danse contemporaine. Rien de didactique dans le discours. Seulement des interrogations et des evocations determinees par rapport i nos sensibilites. L’artiste nous tend 1 miroir dans lequel nous prenons des elements qui nous permettront de retisser notre propre life, tout simplement.

– Mes techniques nouvelles facilitent-elles cette retransmission aupres du public que nous sommes ?

– Vous connaissez, votre que faisait Van Gogh a le epoque etait terriblement irrecevable. Tout langage tres contemporain de la epoque est difficilement recevable. Mais c’est ce qui, un artiste ! Certaines pieces de theatre d’il y a quinze annees nous semblent tres lisibles, de nos jours.

– Le public s’eduque-t-il a l’art contemporain ?

– Toute creation contemporaine, a partir de l’instant ou elle ne s’exprime jamais dans un cadre qui sous-entend un bagage culturel, est entendable . Arretons d’avoir des dirigeants culturels qui n’invitent des artistes qu’en pensant a la capacite de reception du public. C’est une insulte faite aux gens ! Nous sommes parvenus, nous, a montrer des spectacles tres complexes, sur des terrains pourtant fort glissants. Je crois que bien cadre ouvert permettra une plus grande comprehension. Apres, chacun choisit de suivre ou non. Certes, on n’entend nullement tout de pallier coup. Le seul message a faire passer, c’est de dire au public : Venez voir, vous avez le droit de dire que vous ne comprenez jamais, mais laissez-vous toucher.

– Estimez-vous qu’il y a assez d’espace faite aux artistes, a notre epoque ?

– evidemment que non ! Qui plus est, nous sommes dans une spirale ou le politique nous requi?te : Combien de spectateurs ? Les artistes n’ont jamais le succes des footballeurs. Mais c’est normal car votre qu’ils proposent est plus complexe. Du reste, ils paraissent nombreux. En France, en Europe et ailleurs, les propositions qualitatif seront foison. Apres, evidemment, on doit apporter le possible a toutes les artistes de vivre. Et cela est problematique.

– Peut-on resumer ce que veulent nous penser les artistes contemporains ?

– Beaucoup de choses tres diverses. Mais peut-etre aussi, comme les artistes de i chaque fois, ils nous readressent nos questions fondamentales de l’homme : le lien a l’autre, le sens de le existence. Des questionnements de i chaque fois. Je pretends que des artistes, meme desesperes, paraissent porteurs de la energie folle. Leur contemporaneite s’exprime a travers les questions qu’ils nous posent dans la liberte des liens qui nous unissent des uns a toutes les autres, et sur notre singularite dans un monde de plus en plus norme . Ce qui nous attire chez eux, c’est l’authenticite de leur questionnement, leur quete incessante d’energie vitale, pierre angulaire qui nous guide le plus.

Recueilli par Louis de COURCY

REPERES. Catherine Bouvard.

Cathy Bouvard a 37 ans. Depuis janvier 2004, directrice deleguee du laboratoire de creation artistique de Lyon Les Subsistances, que dirige Guy Walter, elle a ete secretaire generale du Theatre de la Croix-Rousse et journaliste.

Le laboratoire Mes Subsistances, qui, dans l’ancien couvent Sainte-Marie des Chaines des Visitandines, i propos des bords d’la Saone, accueillera en octobre 2006 l’Ecole nationale des beaux-arts, se souhaite un lieu d’embauche Afin de nos artistes contemporains de l’art vivant.

Danse, theatre et nouveau cirque sont donc les disciplines privilegiees exercees

dans votre batiment repense via l’equipe d’Atlas architectes, sous Notre direction de Michel Lassagne. Dix-sept chambres, des ateliers, des salles de reunion ainsi que spectacle, un restaurant, sont enfile a la disposition d’artistes qui ne peuvent pas toujours s’exprimer en circuits de production habituels.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.